Yesak Web Analytics

Le web et l’apprentissage, j’y crois vraiment très très fort.
Aujourd’hui c’est encore TV5 qui s’impose sur le sujet :
« Pratiquez votre français avec nos collections d’exercices interactifs : un dispositif original et gratuit ! »
> Voir les jeu pour apprendre le français
> Voir le journal 7j de TV5
> Testster le dictionnaire de TV5

Publicités
Étiquettes : , ,

Facile ou pas facile ?
Facile si vous vous contentez d’un indicateur simple, fourni par n’importe quel outil de web analytics, même gratuit.
Mais n’oubliez pas la dernière leçon d’Eric Peterson :
Web Analytics is hard !
Ca me fait d’ailleurs penser à quelqu’un qui était indigné de ne pas trouvé le taux de rebond par défaud dans SiteCatalyst d’Omniture. Aujourd’hui ça me semble tout à fait normal!
Même sur ce metrics il y aurait de quoi débattre.
Eric nous propose le calcul suivant :

Calcul de l’engagement du visiteur, formule d’Eric

Avec les items suivants :

  • Click-Depth Index (Ci)
  • Recency Index (Ri)
  • Duration Index (Di)
  • Brand Index (Bi)
  • Feedback Index (Fi)
  • Interaction Index (Ii)
  • Loyalty Index (Li)
  • Subscription Index (Si)

Alors, toujours aussi facile le web analytics ?
:p

Avec cet indicateur vous pouvez facilement évaluer la pertinence d’une source de trafic.
Vous pouvez également lire le premier article d’Eric sur le sujet, article de décembre 2006, avec des jolis shoot d’écrans de Visual Sciences .

Visual Sciences

> Voir l’article sur le calcul de l’engagement version 2007
> Voir l’article sur le calcul de l’engagement version 2006

Règle également importante en Web Analytic, soyez critique !
> Voir un article qui critique l’article ci-dessus !

Étiquettes : , , ,

Hier soir, des erreurs sur Google Vidéo, probablement un des data centers qui était dans le gaz.
Mais pas très alarmant, d’ailleurs quasi invisible pour l’utilisateur.

Étiquettes :

CNet vient d’annoncer que Google et Multiverse Network sont en train de conclure un partenariat qui à terme permettra à n’importe qui de créer un monde virtuel à la Second Life à partir de données Google Earth et des éléments contenus dans 3D Warehouse, la base de Google qui stocke les modèles 3d dessinés avec sketchup.

Il était déjà possible d’importer ses créations dans Google Earth mais la technologie « Architectural Wonders » qui devrait être mise en place suite à ce partenariat devrait permettre la démocratisation de ce type d’utilisations.

À la différence de Second Life, chaque monde créé par des développeurs différents peut être visité par le même applicatif 3D. L’idée est donc très simple : importons la multitude d’objets 3D conçus avec Google SketchUp, procédons à leur localisation en nous aidant des données présentes dans Google Earth, rajoutons des vues satellites et construisons ainsi, pièce après pièce, un monde certes virtuel mais aussi entièrement composé à partir d’éléments réels.

L’ensemble du processus de création sera beaucoup plus simple : il suffira d’entrer les coordonnées de la surface à importer depuis Google Earth pour qu’elle vienne automatiquement s’incorporer au monde que vous êtes en train de façonner

Imaginez alors un monde virtuel basé sur de vraies villes permettant aux visiteurs d’interagir avec des représentations 3D de bâtiments, rues ; etc…

Il ne manque plus que la gestion des collisions sur les bâtiments de Google Earth et quelques armes type RPG pour transformer son univers et Google Earth en un véritable MMORPG ou “jeux de rôle en ligne massivement multi-joueurs”.

Ca promet, Google nous sa habituer à voir grand même très grand, A suivre..

Source : google stories

Étiquettes : ,

Je ne sais toujours pas pourquoi l’éducation nationale n’enseigne pas correctement la lecture.
C’est un des projets qui me tient vraiment à coeur : apprendre aux enfants à lire !
En attendant un petit exercices visuel te fera le plus grand bien.
1 à 2 fois par jour,  soit 8 minutes par jour, de préférence après les étirements faciaux

Étiquettes : , ,

Petit tour du web 2.0 en images.

Étiquettes : ,

Organiser ses idées en quelques clics.
Business optimization specialist Stephen Pierce explique comment utuliser Mind Mapping pour doubler, tripler et même quadrupler le volume d’information que vous retennez.

Étiquettes : , ,